Droits lors de l’entretien d’embauche

Étant à la recherche d’un job, tu tombes sur une annonce de poste vacant et décides alors de postuler. Par chance, tu es convié à l’entretien d’embauche! Afin de t’y préparer au mieux, tu décides de te renseigner sur tes droits et obligations. Ou peut-être as-tu déjà passé l’entretien sans être sélectionné et la décision te semble injustifiée? 

Que peut-on exiger de moi lors de l’entretien?

Tout d’abord, il est important de savoir que l’employeur est soumis à de nombreuses obligations lors de la phase de recrutement et de sélection.

Premièrement, il est tenu de mentionner dans l’annonce suffisamment d’informations sur le poste à pourvoir. Il doit préciser la nature de la fonction, le lieu où cette dernière devra être exercée, les exigences requises et enfin manifester son intention de recruter, tout en précisant le mode de postulation.

Ensuite, les éventuels frais d’épreuves ou examens organisés dans le cadre de la procédure de sélection sont à charge de l’employeur. Si tu as dû lui soumettre certains documents officiels (diplômes, certificats, attestations…), tu dois savoir qu’il ne peut en aucun cas t’obliger à transmettre l’original, une simple copie est suffisante.

En outre, il est possible que l’employeur te demande de te soumettre à des examens médicaux. Ceux-ci doivent obligatoirement être en rapport avec le poste à pouvoir et peuvent uniquement évaluer ton état de santé actuel.

“Je n’ai pas été sélectionné”

Si tu n’es pas retenu mais que tu réponds aux exigences de la fonction, l’employeur a le devoir de t’en informer dans un délai raisonnable et par écrit. Si tu es soumis au contrôle en matière de chômage,  l’employeur est également tenu de te remettre une attestation mentionnant l’heure et la date à laquelle tu t’es présenté ainsi que le motif pour lequel tu n’as pas été engagé. De plus, il est dans l’obligation de te remettre les documents qui ont été joints à ta candidature endéans un délai raisonnable.

“Je trouve la décision injustifiée”

L’employeur ne peut pas faire de discrimination. Autrement dit, il ne peut pas fonder sa décision sur base d’un des critères suivants : âge, orientation sexuelle, état civil, naissance, fortune, conviction religieuse ou philosophique, conviction politique, conviction syndicale, langue, état de santé actuel ou futur, une caractéristique physique ou génétique, l’origine sociale ou le handicap. Dans certains cas, la loi prévoit aussi une obligation pour l’employeur de procéder à des aménagements adéquats lorsque le handicap le requiert. 

Les exigences professionnelles essentielles et déterminantes constituent la seule dérogation acceptable, c’est-à-dire des exigences en lien avec la nature de l’activité professionnelle et avec le contexte dans lequel cette activité est exécutée. Ces exigences doivent également être objectives et légitimement justifiées. Par exemple, on peut exiger d’un futur pompier qu’il ait une certaine condition physique ou d’un pilote qu’il ait une vue irréprochable. 

“Je suis enceinte mais je ne souhaite pas divulguer cette information”

L’employeur est tenu de respecter ta vie privée et n’est pas autorisé à poser n’importe quelle question. Notamment, le fait d’être enceinte fait partie de ta vie privée et rien ne t’oblige à divulguer cette information si tu ne le souhaites pas. L’employeur n’a pas le droit de t’interroger à ce sujet et s’il le fait, tu peux refuser de répondre. Sache que quelque soit ta décision, l’employeur ne peut ni refuser de t’embaucher ni te licencier sur base de ce motif, auquel cas, cela constituerait une discrimination de sa part.

“Je suis trop qualifié”

Il n’existe pas de “surqualification” donc si tu as une formation ou une qualification supérieure à celle requise pour le travail en question, cela ne peut en aucun cas constituer un motif de refus de ta candidature.